Genèse du club (1920-1969)

La Section sportive istréenne est fondée en 1920 par Edouard Guizonnier3 (président jusqu'en 1941). Le club, qui profite pendant cinquante ans de la jouissance exclusive du stade Donnadieu, ne brille pas à ses débuts par ses résultats mais rate d'un rien l'accession en Division d'Honneur en 1966 au détriment de l'AS Mazargues et remporte une seule Coupe de Provence en 1966. La SSI se fond en 1969 au sein d'un club omnisports, Istres Sports, qui adopte les couleurs de la SSI : le violet et le noir.

Istres Sport, un club ambitieux (1969-1993)

En mai 1977, alors que le club stagne en Promotion d'Honneur, est nommé à la présidence un jeune entrepreneur de travaux, passionné de football, Michel Aviet3. Pour permettre au club d'accéder aux divisions supérieures, Aviet recrute un entraîneur, Djordje Korac, ex-gardien de but yougoslave du FC Sion qui entraina le club de 1977 à 19854. Le tandem Aviet-Korac permet en l'espace de huit années de franchir six divisions, de la PHB à la Division 2.

Alors que le président Michel Aviet quitte le club en 1990, Istres est très proche de monter en Division 1 à l'issue de la saison 1991-1992 mais doit s'incliner en barrage face au SCO Angers. En 1993, les istréens atteignent les huitièmes de finale de la Coupe de France mais perdent contre l'Olympique de Marseille après avoir sorti Rennes et Lyon.

Du National à la Ligue 1 (1993-2005)

Les dix années suivantes, le club se bat pour sa survie sportive avant de terminer 3e du National en 2001 et retrouver la Ligue 2. Après une 17e place et une 16e place qui lui ont permis d'assurer le maintien en Ligue 2 pour une troisième saison consécutive, le club istréen, sous la présidence de Bertrand Benoit (depuis 1997) affiche son intention de s'installer durablement dans le Championnat de Ligue 2.

Au terme de la saison 2003-2004, grâce à l'expérience de joueurs comme Brahim Thiam en défense, Xavier Gravelaine au milieu et Jacques Rémy en attaque, le club istréen entraîné par Mehmed Bazdarevic termine troisième avec 66 points de Ligue 2 derrière l'AS Saint-Etienne et le Stade Malherbe de Caen second et accède pour la première fois de son histoire à l'élite du football français.

Le technicien bosnien Mehmed Bazdarevic a permis au FC Istres d'accéder à la L1.

Pour sa première saison en Ligue 1 en 2004-2005, le club provençal décide de renouveler de fond en comble l'effectif durant le mercato estival. On note entre autres l'arrivée de l'ailier sénégalais Moussa N'Diaye en provenance de Sedan, de l'international algérien Rafik Saïfi ou encore de l'international ivoirien Ibrahima Bakayoko.

Le club joue dans un premier temps ses matchs à domicile non pas au stade Bardin mais aux Costières du Nîmes Olympique faute de stade aux normes de la Ligue 1. Le club jouera ensuite au stade Parsemain à Fos-sur-Mer après avoir hésité avec la Plaine d'Audibert, enceinte qui fut inaugurée le 9 avril 2005, soit six mois après la date initialement prévue, afin que le club istréen soit en conformité avec les règlements concernant les installations liées à la Ligue 1. Le FC Istres découvre alors ses 17 000 places pour les cinq dernières journées de championnat de L1 seulement.

Après un début de saison correct, le FCIOP s'enlise petit à petit dans le classement et Mehmed Bazdarevic est limogé le 10 janvier 2005 à la suite des mauvais résultats de son équipe. Il est remplacé le 17 janvier 2005 par le tandem Jean-Louis Gasset-Xavier Gravelaine afin de tenter de maintenir le club. Malgré cela, Istres ne se maintient pas et termine dernier du classement avec 32 points au compteur.

Ambitions déçues et chute (2005-2015)

Le FC Istres retrouve la Ligue 2 lors de la saison 2005-2006 avec pour ambition de retrouver la Ligue 1. Les bons souvenirs de la montée en Ligue 1 semblent bien lointains pour le club provençal. Incapable de retrouver un bon niveau et de garder une stabilité, le Football Club Istres s'enfonce au classement. Jean-Louis Gasset est remplacé par René Le Lamerle 6 décembre 2006. Cependant, le club ne parvient pas à redresser la barre et descend en National à l'issue de la saison 2006-2007 en terminant avant-dernier du championnat de Ligue 2. Le club reste pourtant ambitieux, et garde pour objectif de retrouver l'élite, se donnant cinq ans pour y arriver. Le club annonce même sa cotation en bourse, dans l'objectif de lever des fonds supplémentaires.

Au terme d'une excellente saison 2008-2009, le club istréen entrainé par Henri Stambouli retrouve la Ligue 2 et y joue donc depuis la saison 2009-2010. Bernard Calvignac, tout nouveau propriétaire du club fait côter le club le mardi 19 juin 2007 sur le Marché libre via la procédure de cotation directe. À cette occasion, 5900 titres détenus par Bertrand Benoît sont cédés au prix de 6,75 euros. Les négociations débutent dès le lendemain mercredi 20 juin. Le projet du club est de retourner en Ligue 1.

La saison 2009-2010 sera très laborieuse pour les Violets. Après une entrée en matière réussie en Coupe de la Ligue face au RC Strasbourg au Stade Parsemain sur le score de 6 buts à 1, notamment grâce à un triplé de la nouvelle recrue Fabrice Begeorgi, et un premier match de championnat remporté 1 à 0 contre le SC Bastia, les provençaux enchaineront les mauvais résultats : à la mi-saison, le FCIOP semble englué dans la zone rouge, pointant à la dix-neuvième place du classement. Lors du mercato hivernal, le tunisien Francileudo Santos ainsi qu'un ancien de la maison, Rafik Saifi, viendront étoffer les rangs des Aviateurs. Le 26 février 2010, le club annonce qu'après 16 ans de bons et loyaux services, Francis Collado succédera à Bertrand Benoît à la présidence du club. Après le revers subi face à Clermont le 26 mars (1-3), l'entraineur Henri Stambouli décide de prendre du recul. José Pasqualetti est nommé entraineur quelques jours plus tard. Contre toute attente, les istréens remonteront alors la pente, signant 4 succès d'affilée à domicile et assurant le maintien en Ligue 2 contre le Nîmes Olympique (2-1) lors de la trente-septième journée, après avoir été mené au score.

Après une saison 2013-2014 très moyenne, le club descend en National lors de la 37e journée de championnat après une défaite au stade Parsemain face au Dijon FCO sur le score de 4 à 2. José Pasqualetti est limogé lors de la 29e journée de championnat après un match nul (2-2) face à l'AC Arles-Avignon. C'est le champion du monde 1998, Lionel Charbonnier, qui est nommé manager général du club avec pour objectif de faire remonter le club en Ligue 2. Juste avant la saison 2014-2015, la DNCG refuse dans un premier temps la montée à Orléans et repêche Istres de National et évolueront donc en Ligue 2 la saison prochaine. Mais après l'appel d'Orléans accepté par le gendarme de la DNCG, Istres se voit relégué en National et évolueront donc finalement en National durant la saison 2014-2015.

Retour dans le monde amateur (2015-)

Contraint d'évoluer en National pensant être longtemps repêché en Ligue 2, le club se voit contraint de résilier plusieurs contrats de joueurs professionnels et de repartir avec une majorité de joueurs évoluant avec la réserve de la DHR (2e niveau régional) non préparés pour évoluer à ce niveau, la saison est catastrophique et à la fin des matchs aller le club se retrouve avant dernier avec seulement deux victoires, la phase retour n'est guère mieux avec une seule victoire à l'issue de la 30e journée dont il sera finalement condamné à évoluer la saison prochaine en CFA à la suite d'une défaite face au RC Strasbourg ce qui signifiera perte du statut professionnel.

Le FC Istres ne s'était plus retrouvé dans un si bas échelon depuis 1984. Le club pourrait même ainsi se retrouver plus bas car la DNCG a ainsi relégué le club en DH. Alors que le calendrier de CFA a été publié, la DNCG a relégué le club provençal en DH. Le club peut faire appel de cette décision. Si l'appel est rejeté, alors cela signifierait la rechute du club qui n'a jamais évolué à ce niveau depuis la nouvelle réforme des ligues de football. Le 12 juillet 2015, la DNCG relègue le club en DHR (voir la référence n°5). Malgré leur descente en huitième division, le club parvient tout de même à se hisser jusqu'au 7e tour de la Coupe de France lors de l'édition 2015-2016 où ils sont battus sèchement 3-0 contre un club du même niveau, la JS Saint-Jean Beaulieu.

Le 12 mars 2016 est entérinée la décision de rebaptiser le club et de le nommer désormais « Istres Football Club ». Pour le président Alain Christmann, « l'entité Ouest Provence n'existe plus, c'est plus logique de procéder ainsi. Ce n'est pas une révolution, mais il fallait le faire ».

Pour la saison 2016-2017, l'Istres FC évolue en Division d'Honneur de la Ligue méditerranéenne. Il réalise aussi un bon parcours en Coupe de France, lors de laquelle il arrive à parvenir en 32e de finale et s'incline 3-1 face à Marseille Consolat à domicile.

Source: Wikipédia


 
Istres Football Club - Complexe Audibert
Route de Martigues - 13800 Istres
Tel: 04.42.40.54.30

Template by JoomlaShine